fbpx

Le Mix’n’hack remixe les données culturelles suisses

Ce weekend, Museomix a participé avec joie et énergie au Mix’n’hack, un format expérimental de marathon créatif né d’un partenariat avec l’association OpenGLAM. Le résultat : quatre projets surprenants et inédits qui valorisent les données culturelles suisses et en redonnent un accès privilégié pour le grand public.

Le Mix’n’hack (dont on vous parlait dans un précédent article Un Mix’n’Hack à Sion) a eu lieu dans les superbes locaux des Arsenaux et a permis, pour la première fois, de rassembler les deux communautés amies : amateurs d’open data et amoureux de muséographie. Ensemble, ils ont tenté, non sans sueur mais dans la bonne humeur, de repenser l’accès à des jeux de données culturelles mises à dispositions par les partenaires ou disponibles en libre accès. C’est ainsi que pendant trois jours, un petit groupe d’une trentaine de personnes – développeurs, communicants, médiateurs, makers, experts des data ou passionnés de culture ouverte et d’open innovation – ont travaillé en équipes pluridisciplinaires pour donner naissance à quatre prototypes innovants.

Libérer les données culturelles

OpenGLAM préconise le libre accès aux données culturelles. Chaque année, lors de hackathons qui peuvent rassembler entre 80 et 150 participants, OpenGLAM accompagne le passage sous licence libre d’une vingtaine de jeux de données liées à la culture et au patrimoine. En coopération avec des institutions (bibliothèques, archives et musées), les membres d’OpenGLAM encouragent également l’utilisation des données culturelles, que ce soit pour des jeux vidéo, des applications qui transmettent le savoir de manière ludique ou dans le cadre de recherches scientifiques. Le partenariat avec Museomix permet d’aller plus loin dans la médiation et l’expérience utilisateur.

Améliorer l’expérience utilisateur

Avec les membres d’OpenGLAM et représentants des Arsenaux, Museomix a participé à la création de ce format intermédiaire “Mix’n’Hack” entre marathon collaboratif et hackathon. Deux équipes complémentaires de bénévoles ont été rassemblées pour nourrir la co-construction. Une équipe facilitation a donné carte blanche à trois coaches pour accompagner les équipes dans leur travail de groupe, dans la définition des projets et la réalisation des prototypes. Leur collaboration a été complétée par la participation active du FabLab de Sion, situé à l’Espace création pour ouvrir les perspectives de production de prototypes physiques et augmenter d’autant plus l’expérience. Deux communicants ont constitué une “mini-mixroom”, chère à Museomix, pour produire des contenus diffusés en temps réel et aider les équipes à documenter leurs projets.

Le public, constitué d’une vingtaine de personnes intéressées, a donc pu découvrir et surtout tester les dispositifs imaginés par les participants dimanche après-midi dès 16h. Développé dans une optique interactive, les prototypes ont été pensés pour faire vivre une expérience particulière aux utilisateurs.

Les participants sont repartis avec la sensation d’avoir vécu une expérience inédite et la promesse d’être toujours les bienvenus dans la communauté Museomix. Une visite guidée du chantier du Kunsthaus et du musée d’Art de Zurich est d’ailleurs d’ores et déjà prévue avec Museomix pour garder le lien et continuer les échanges… jusqu’au prochain Mix’n’hack!

Pour en savoir plus:

Notre article sur les projets: Mix’n’Hack: 4 projets de médiation opendata

Toutes les photos de l’évènement: Google photos

La page de l’évènement sur le wiki d’OpenGLAM
Le descriptif détaillé des projets documenté sur le wiki de l’évènement: mix’n’hack – 5th Swiss Open Cultural Data Hackathon
Le bilan de l’évènement sur le blog d’Infoclio: Mix’n’Hack Sion 2019