Médiation culturelle, l’interface du musée remixé !

Entretien avec Valérie Clerc Médiatrice à Museomix Nyon 2016

image00

 

Suivez le guide ! Quoi de mieux pour visiter le musée que de suivre les explications de la médiation culturelle pour découvrir les collections à la lumière d’un regard facilité.

La médiation dans les musées est organisée selon un concept de visite. Elle est imaginée et élaborée par les conservateurs et les médiateurs pour proposer aux visiteurs une expérience riche en références, en connaissance et en pointant les objets phares des collections à admirer.

L’objectif étant de faire comprendre facilement aux différents publics la spécificité du musée et le point d’orgue de son exposition

Avec Museomix, l’événement en 3 jours de marathon créatif implique la médiation du musée pour transmettre au public les thématiques que doivent remixer les équipes de museomixeurs. Et ce qui est intéressant c’est que les thématiques choisies correspondent plus aux défis que les conservateurs doivent challenger. Il s’agit en fait d’aborder les insatisfactions de la forme actuelle de l’expérience muséale.

La médiation culturelle avec museomix révèle donc une partie du musée un peu problématique.

C’est très différent la médiation culturelle pendant museomix.

La visite traditionnelle ne questionne pas elle est rôdée.

Tandis que pendant la visite guidée de museomix, on aperçoit les lacunes du dispositif car les thématiques présentées correspondent à des envies d’évolution ou des points à améliorer de l’expérience du musée.

La relation au public change également.

D’habitude, les gens posent des questions de contenus et de repréciser une chronologie ou le fonctionnement d’un appareil.

Ils entrent en interaction avec le médiateur qui est garant du savoir.

Avec museomix comme on aborde des problématiques ouvertes, le visiteur dans sa participation intervient en se projetant dans la problématique et apporte son regard critique et distancé du musée.  Il s’autorise à faire des commentaires qui sont liés à son confort de visite, à sa compréhension de la collection du musée.

Lors d’une visite au musée romain de Nyon, présentant la thématique « sous les pavés la vie », les visiteurs remarquent les dallages au sol de couleurs différentes qui marquent les emplacements au temps romain et ils ne les avaient jamais observé précédemment et ignoraient que c’était lié au monde romain. Intéressés les gens ont en plus d’avoir remarqués ces marquages préexistants se sont questionnés de savoir si on pourrait pas faire ce genre de démarche avec une autre époque dans la ville de Nyon pour connaître l’évolution du bâti.

Un autre visiteur face au projet de prototype « le sixième sens » qui propose de refaire vivre par les 5 sens les vestiges du musée s’interroge dans le triclinium (salle à manger romaine) comment on pourrait pousser plus loin l’expérience du savoir puisque le triclinium était destiné à une élite et que cet état des relations sociales de cette époque est insuffisamment du coup thématisé dans le musée.

Par ailleurs la diversité des publics à laquelle le musée s’adresse englobe également les envies d’un public plus sénior tel ce couple de septuagénaire qui se  fait la réflexion sur le projet en réalité virtuelle de « Sixième Sens » conçu pendant museomix pour rendre l’expérience plus immédiate et s’exclament qu’ils viennent d’une génération qui n’a pas besoin d’être stimulé sur les écrans car c’est dispersant mais reconnaissent volntiers que c’est génial pour les enfants et ales jeunes et c’est ce qu’il faut faire.

Ce qui est finalement extraordinaire avec museomix, c’est que cet événement parle du musée pour tous et tous parle du musée en retour.

 

Auteur:  Sylvia Clementi, Bénévole Museomix Suisse, Développement de projets avec Happy City Lab

Photo: Emanuele Cesaro