Corps à corps

null

PROTOTYPE détails

People make museum

null

Scénario utilisateur

1- Lorsqu’il entre dans la salle, le regard du visiteur est capté par une animation projetée à gauche de la statue monumentale exposée au fond du couloir. Cette animation consiste en un défilement rapide les illustrations imaginées par les utilisateurs précédents. Ce défilement est projeté en mapping sur une reproduction de la statue placée à gauche de l’original.

2- Le visiteur s’approche de la borne située à proximité de la statue et active un dispositif Leap Motion en passant les mains sur le capteur. Cette action met fin à l’animation et entraîne une projection vidéo qui propose une brève accroche sur la statue et sa découverte. La narration se fait à la première personne, de telle sorte que l’oeuvre s’adresse directement à l’usager. En cohérence avec l’accroche qui se demande que représentait cet objet, la statue invite l’utilisateur : « Donne-moi corps ». Le dispositif passe alors du mode « animation » au mode « dessin ».

5- L’interface produit un mapping qui projette les dessins de l’utilisateur sur la reproduction de la statue. Grâce à la technique Leap Motion, le visiteur dessine librement.

6- Lorsqu’il considère avoir terminé son dessin, le visiteur appuie sur un bouton pour imprimer sa création. L’action d’imprimer met fin à l’expérience interactive. Le dessin du visiteur apparaît alors sur la reproduction et une bande son met en lien son expérience de « représentation » de la statue avec le travail de l’archéologue, qui questionne des traces matérielles du passé et en fait des représentations qui évoluent avec la recherche. Elle fait finalement le lien avec l’action du visiteur et la séquence suivante, en expliquant que le dessin individuel va être intégré à image générée collectivement.

7- Le dispositif projette ensuite une image graphique. Cette image représente l’agrégation des créations individuelles. Elle est produite par un algorithme évolutif qui sélectionne au fur et à mesure les traits caractéristiques communs choisis par le plus grand nombre d’usagers.

Objectifs

Inspiré par la thématique « De la grande Histoire aux histoires individuelles », le dispositif s’intègre dans un questionnement sur la perception individuelle d’un objet archéologique mystérieux qui a acquis un statut « patrimonial » parce qu’il constitue une trace rare d’une époque qui a marqué Genève.

L’idée de départ était de comprendre que l’Histoire est une construction en évolution constante et qu’elle se nourrit des questionnements scientifiques, individuels, collectifs. La statue Allobroges sur laquelle nous avons choisi de mettre en place notre prototype est significative de cette problématique. Les archéologues, qui ont découvert l’oeuvre en 1898, ont longtemps pensé qu’elle datait du Moyen-Âge. Or, presque cent ans plus tard, grâce aux progrès de la science, le bois dont elle est constituée a été daté d’environ quatre-vingts avant J.-C. Une époque marquée par la mainmise des Romains sur la région et l’assimilation des Gaulois de la tribu des Allobroges et donc la disparition de leur culture. Aujourd’hui encore, l’oeuvre suscite le questionnement et continue de nourrir l’imagination des chercheurs et des visiteurs.

Une des intentions du dispositif est de proposer au public d’explorer le processus de mise en contexte d’un objet archéologique. À travers une expérience ludique et participative qui invite le visiteur à « donner corps » à la statue, le dispositif propose aux utilisateurs de dessiner l’image qu’il se fait de la statue telle qu’elle était à l’origine. Chaque création issue de l’imagination des utilisateurs peut se concevoir comme une hypothèse formulée quant à l’Histoire de l’oeuvre.

En amont et en aval de cette création individuelle, l’animation initiale (défilé des illustrations des utilisateurs) et l’image évolutive finale (produite par un algorithme qui retient les traits communs du plus grand nombre d’utilisateurs) rappellent que l’Histoire est une construction collective et évolutive. L’agrégation des imaginaires individuels propose une histoire de la statue qui se transforme constamment. En complément de l’expérience créative, les informations sur le contexte historique de la statue et les raisons de sa présence au musée permettent d’une part d’approfondir les connaissances et d’autre part, de relier l’action de l’individu à la démarche du musée.

Ce dispositif est le résultat d’une réflexion d’équipe.

Dans un premier temps, chacun des membres de l’équipe à eu l’occasion d’exprimer sa vision du prototype. Le but était que chacun exprime sa vision du « scénario utilisateur » afin de rendre compte de la vision commune, mais également des points de divergences quant au prototype et son objectif.

Les discussions avaient pour principal enjeu la faisabilité et la cohérence avec la thématique de départ. La volonté de départ de partir sur un dispositif simple, choix d’éléments prédéterminés pour créer « son » image de la statue, s’est avérée contraire à notre intention d’intégrer pleinement l’expression individuelle du visiteur. Nous étions sur deux solutions techniques. D’une part, une banque d’image prédéfinie. D’autres part, une Kinect reliant les mouvements du corps à une silhouette projetée de la statue. Au fil des discussions, et avec la mise à disposition de la technologie Leap Motion, nous avons pu trouver une solution qui offre une grande liberté d’expression individuelle. Pour relier les représentations individuelles en une expression collective, une image finale agrège les dessins des visiteurs sur la base d’une sélection des traits qui sont faits par le plus grand nombre d’utilisateurs.

L’interprétation de la statue Allobroges a évolué au fur au fur et à mesure des découvertes scientifiques. Notre prototype dans une démarche similaire fait évoluer les créations individuelles en une expression collective.

Outils & techniques

  • Matériel physique : bois MDF
  • Code : Leap motion, processing
  • Microcontrolleur : Arduino
  • Son : Piste voix
  • Images : Tablette graphique, croquis réalisé à la main
  • Aucune drogues, ni alcool (hélas) juste une bonne dose de créativité et de motivation.

Equipe

Corps à Corps_Museomix 2014_Musée d'art et d'histoire de Genève

  • Léa Franck : Communication – leafranck@gmail.com
  • Nicole Grive : Médiateur
  • Ivan Gulizia : Médiateur – gulizia.i@gmail.com
  • Alexia Ryf : Contenu
  • Laura Symul : Codeuse – laurasymul@gmail.com
  • Arthur Veenhuys : Makeur / Fabrication –  arthur@avplanification.ch
  • Yves Zagagnoni : Graphiste – yz@designbysupernova.com
  • Frédérique : Facilitatrice